DGH en baisse en pleine pandémie : Le Secondaire sacrifié

(actualisé le )

DGH en baisse en pleine pandémie : Le Secondaire sacrifié
Version téléchargeable et imprimable

Le SA-EN dénonce une baisse continue depuis plusieurs années des moyens humains consacrés au Secondaire. Le rattrapage entamé dans le Primaire ne doit pas se faire au détriment des collèges et des lycées.

Alors que :

  • la pandémie exacerbe les inégalités ;
  • une partie de la population se rappelle que finalement enseigner est un vrai métier ;
  • notre « Sinistre » se répand dans les médias pour remercier les enseignants ;
  • la démographie prévoit plus de 40 000 élèves supplémentaires l’an prochain ;
  • les résultats de nos élèves ne cessent de baisser dans les évaluations internationales ;
  • nos conditions de travail se dégradent sans cesse.

1800 postes seront supprimés l’an prochain dans le Secondaire.

En collège, combien de classes supprimées ? Combien de classes surchargées ?
Combien de spécialités du nouveau baccalauréat non proposées dans les lycées ?
En lycée professionnel, combien de sections réduites à peau de chagrin ou supprimées ?
Combien de projet, d’atelier, de club sans ressource ? Pour l’ensemble de nos collègues, combien de mesures de cartes scolaires ? Combien de de service partagés sur plusieurs établissements ?

Pour faire un parallèle, c’est comme si une entreprise pharmaceutique supprimait 300 postes en R&D en pleine pandémie tout en distribuant des dividendes et sans livrer de vaccin. Cela aurait de quoi choquer jusque dans les rangs du gouvernement. Malheureusement, dans le même temps ce gouvernement ferme des lits d’hôpitaux. Partout la même logique continue de prendre le dessus.

Pour en revenir à l’éducation, le gouvernement planifie de recourir de manière massive aux heures supplémentaires. Or surcharger les enseignants n’améliorera pas leurs conditions de travail. De plus, l’ensemble des heures supplémentaires prévues ne seront pas utilisées, comme chaque année. Il s’agit donc d’un mirage destiné à faire accepter cette nouvelle baisse du nombre de postes.

Le SA-EN demande un moratoire sur la fermeture des classes pendant 3 ans, une augmentation des recrutements dans le Secondaire, un renforcement des moyens de remplacement et un plan de formation exceptionnel pour accompagner nos élèves et les aider à traverser cette période inédite sur la durée. Cela commence par transformer une grande partie des heures supplémentaires annuelles (HSA) en heures postes dans les DGH de la prochaine rentrée.