Réouverture des écoles, quoiqu’il en coûte !

Réouverture des écoles, quoiqu’il en coûte !
Version téléchargeable et imprimable

Le gouvernement vient de confirmer la réouverture des écoles primaires à partir du 26 avril sur tout le territoire, ainsi que la reprise en distanciel pour les collèges et les lycées pendant une semaine. Le niveau de circulation du virus baisse mais il reste néanmoins très élevé d’après tous les spécialistes (environ deux fois plus que chez nos voisins) et les disparités territoriales sont très importantes. Il convient donc de rester prudent car un rebond n’est pas exclu et la menace des variants est plus que jamais d’actualité.

Dans tous les établissements scolaires :

  • la fermeture de la classe où un élève est déclaré positif à la Covid est étendue à l’ensemble du territoire ;
  • des autotests (deux par adulte, un par lycéen par semaine) sont en cours de distribution dans les établissements ;
  • des tests salivaires (400 000 tests la semaine de la rentrée) pour les écoliers et les collégiens seront également déployés ;
  • il n’y aura plus de répartition des élèves dans d’autres classes en cas d’absence d’un enseignant en primaire ;
  • la demi jauge, pour les 4èmes et les 3èmes en collège, dans les départements les plus touchés sera mise en place dès le 3 mai (15 départements annoncés à ce jour [1]) ;
  • la demi jauge dans les lycées est maintenue sur tout le territoire ;

Le SA-EN se réjouit de l’ensemble de ces mesures même s’il restera vigilant quant à leur mise en application. En effet, dans un passé récent, les déconvenues concernant le protocole, les masques, les tests ont été beaucoup trop nombreuses pour prendre pour argent comptant ces annonces.

Il reste néanmoins des demandes qui n’ont pas été entendues :

  • quid des rattrapage pour les concours ? Le ministre a annoncé une session de rattrapage si on est « malade » pour les examens (brevet, baccalauréat, BTS) mais rien pour les concours... Et qu’en sera-t-il pour les cas contacts ?
  • aucun aménagement des épreuves terminales du baccalauréat et du brevet n’est décidé et ces épreuves sont maintenues. Cela semble peu réaliste au regard des conditions d’enseignement cette année et des disparités en fonction des établissements.
  • malgré l’annonce du Président de la République, les enseignants ne sont pas prioritaires pour la vaccination. Seulement 17% des enseignants sont actuellement concernés et très peu ont pu se faire vacciner jusqu’à présent. Certains, réticents au vaccin d’AstraZenca, ont renoncé car c’est le seul proposé.
  • les outils de travail à distance n’ont pas tenu le choc lors de la semaine précédant les vacances. Les inquiétudes demeurent pour la semaine prochaine même si le ministre annonce que les capacités des serveurs ont été augmentées, tout comme pour le site « Ma classe à la maison ».

Notes

[1le Nord, l’Oise, l’Aisne, les Yvelines, la Seine-et-Marne, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine, le Val-d’Oise, le Val-de-Marne, l’Essonne, Paris, la Sarthe, la Loire, le Rhône et les Bouches-du-Rhône.