Réorganisation de services à Réseau Canopé : duplicité des formes

(actualisé le )

A l’heure où l’opérateur Réseau Canopé connaît l’orage, un comité technique d’établissement s’est tenu le mercredi 1er juillet 2020. Deux services vont être réorganisés : la direction des ressources humaines et la direction des affaires financières et juridiques.

Le SA-EN salue la volonté de refonte du service de la DRH même si nous regrettons son arrivée tardive dans un service déjà exsangue et à postes constants.

Réorganisation de services à Réseau Canopé : duplicité des formes
Version téléchargeable et imprimable

En effet, il était regrettable que l’augmentation exponentielle de la charge de travail n’ait pu être anticipée. Des procédures d’automatisation pensées préalablement auraient permis d’éviter de nombreux cas de RPS, maladie ou décès.

Le SA-EN voit la récente annonce de réorganisation de tout l’opérateur comme un nouveau coup de massue sur ce service. Le nouvel organigramme ne semble pas prendre la mesure de l’actualité. La réorganisation d’un service pensé initialement pour gérer le quotidien du personnel uniquement sur le site de Chasseneuil n’avait pas été, n’a pas été et n’est pas repensée en profondeur et à la hauteur des défis qui l’attendent. Le regroupement en quatre pôles et le recrutement de quelques responsables ne peuvent en somme suffire pour le SA-EN.

Un autre service va connaître au sein de l’opérateur Réseau Canopé une transformation, celui de la direction des affaires juridiques et financières mais plus qu’un toilettage, une véritable transformation avec une volonté de la placer au centre de la stratégie et de la simplification.

Le nouvel intitulé peut faire sourire : « direction de la stratégie financière et juridique et de la simplification » mais la volonté de faciliter et sécuriser les procédures est réelle.

Néanmoins, le SA-EN s’oppose aux manœuvres de la direction pour soutirer un vote favorable. Présenté en point d’information à l’ordre du jour du comité technique de Réseau canopé, ce projet s’est transformé en demande d’avis. Si des documents nous avaient été transmis préalablement, le SA-EN ne se serait probablement pas abstenu.

Soutirer des avis de cette manière donne un mauvais signe tant pour le dialogue social que pour le projet.