Professeur documentaliste : le décret de la discrimination.

(actualisé le )

Professeur documentaliste : le décret de la discrimination
Version téléchargeable et imprimable

Habitués à être exclus et non considérés dans leur mission d’enseignants depuis 30 ans, les professeurs documentalistes n’auraient jamais pu imaginer que le mépris ministériel irait jusqu’à les exclure de la prime informatique attribuée à l’ensemble des professeurs. Pourtant avec une brutalité assumée, les mots du décret 2020-1524 du 5 décembre sont là « à l’exception des professeurs de la discipline de documentation. » assénés sans aucune justification, de manière arbitraire en « grand commandeur » qui sépare le bon grain de l’Ivraie. Une pétition circule en ce moment qui a recueilli 17000 signatures à ce jour, soit beaucoup plus que le nombre de professeurs documentalistes.

Ce n’est bien sûr pas le petit coup de pouce financier que les professeurs documentalistes revendiquent mais bien la reconnaissance institutionnelle du travail qu’ils accomplissent. Le point positif c’est qu’enfin, grâce à cette injustice si l’on peut s’exprimer ainsi, les articles sont nombreux pour défendre cette profession jusqu’à un article dans le Monde de l’Education du 11 décembre pour défendre les missions pourtant déjà bien établies dans la circulaire du 28 mars 2017.

Cette discrimination justifierait d’un recours juridique. Il y a eu déjà des recours dans le passé par un arrêt de la cour administrative d’appel de Nantes en date du 24 mai 2017 par exemple où le Recteur s’est vu reproché « une erreur de droit » à la suite de son refus d’attribuer l’indemnité de sujétion spéciale due pour les professeurs exerçant en Ulis pour un professeur documentaliste.

Il est temps d’en finir avec cette discrimination qui mine tout un corps de métier. Le SA-EN réclame de toute urgence que soit revue cette décision et s’associe à la demande de l’Association des professeurs documentalistes APDEN d’amendement du décret.