Match « Effets d’annonce » - « Poursuite des apprentissages » : vainqueur « Effets d’annonce »

(actualisé le )

L’annonce du Président de la République, suivi de celle de notre ministre n’aura comme effet, comme les précédentes lorsqu’il s’agit de la réouverture des établissements scolaires, que de désorganiser le travail entrepris par l’ensemble des enseignants et de faire de belles promesses aux parents d’élèves qui ne pourront être tenues. Cela permettra à certains de mettre la responsabilité de ces échecs sur le dos des professeurs, encore une fois.

Match « Effets d’annonce » - « Poursuite des apprentissages » : vainqueur « Effets d’annonce »
Version téléchargeable et imprimable

Pourtant personne n’est dupe, à deux semaines des vacances d’été, qui peut croire que la modification radicale du protocole sanitaire permettra à tous les élèves de revenir en classe normalement. « Qu’il vienne me chercher ! », voilà ce que pourrait répondre un élève décrocheur ou un parent encore inquiet ne voulant pas remettre son enfant à l’école à deux semaines de la fin de l’année. Semaine après semaine, les annonces successives, le manque de stabilité dans les dispositifs n’ont fait qu’empêcher les professeurs de poursuivre le travail à distance qui, bien qu’imparfait, permettait encore la poursuite des apprentissages. Si la réouverture des établissements scolaires était jugée indispensable par certains, elle aurait pu se passer plus simplement. Sous prétexte de faire revenir tout le monde, à tout prix, pour fabriquer de beaux indicateurs, combien d’organisations éphémères des établissements scolaires ont du être aménagées à la va-vite par les équipes de direction ? A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous plaignons les équipes de direction et administrative qui doivent certainement s’arracher les cheveux pour faire rentrer un rond dans un carré pour la troisième fois en à peine plus d’un mois. Depuis la réouverture, les apprentissages sont quasiment à l’arrêt au profit d’un comptage qui ne sert que les politiques et certainement pas les enfants.

Le SA-EN dénonce cette approche comptable et demande de la stabilité et davantage d’anticipation, particulièrement pour préparer la rentrée de septembre. Cela commence par annoncer clairement que non, tous les élèves ne pourront pas être accueillis normalement, parce que les contraintes sanitaires perdurent et parce que les équipes doivent également se consacrer à la préparation de la rentrée 2020 (bilan des apprentissages de cette année si particulière, constitution des classes de l’an prochain, conseils de classe de fin d’année, conseils d’enseignement, jurys d’examens, commissions d’harmonisation, etc.).