Le Gouvernement comprend enfin que l’indiscipliné Covid ne s’arrête pas à l’entrée des classes...

(actualisé le )

Le gouvernement, malgré une doctrine bien ancrée et souvent aveuglante, est revenu partiellement sur la décision absurde de maintenir les classes ouvertes quoiqu’il en coûte. Après l’annonce du Président de la République :

  • les écoles maternelles et primaires sont fermées pendant 3 semaines ;
  • les collèges et les lycées sont fermés pour 4 semaines ;
  • les universités continuent d’accueillir en jauge réduite les étudiants.
Le Gouvernement comprend enfin que l’indiscipliné Covid ne s’arrête pas à l’entrée des classes...
Version téléchargeable et imprimable

Si la FA-ENESR salue le maintien des jauges réduites pour les étudiants, elle se désole que le gouvernement n’ait pas écouté les nombreuses voix demandant des mesures de demi jauges partout sur le territoire y compris en collège et un renforcement des moyens de remplacement. Le gouvernement a préféré nier le problème jusqu’au bout et il est désormais poussé à des actions curatives fortes au lieu d’avoir anticipé par des mesures préventives moins radicales.

Mais revenons sur la principale mesure annoncée avant la fermeture. Désormais un seul cas positif au Covid entraîne la fermeture de la classe dans les départements les plus touchés par l’épidémie. Il ne s’agit que d’un retour en arrière, car cette mesure avait été prise début février sur tout le territoire pour limiter la progression des variants puis abandonnée deux semaines plus tard provocant incompréhension et colère des usagers [1]. Cette mesure extrême était sans doute le moyen le plus efficace, en dehors de la fermeture des établissements scolaires, d’y limiter rapidement la circulation du virus. Malheureusement, c’était aussi le signe d’une perte de contrôle de la situation et d’une tentative tardive, presque désespérée avant une fermeture complète (en effet, cette mesure provoquait des fermetures massives et une désorganisation complète des écoles, collèges et lycées).

La FA-ENESR considère qu’à travers la mise en place de cette mesure et en fermant les établissements scolaires de la métropole, le gouvernement est enfin obligé de reconnaître le rôle important des établissements scolaires dans la circulation du virus. Après un an de dénégation, il était temps !

Nous sommes donc à nouveau contraint à l’enseignement à distance pour une ou deux semaines à minima. De nombreuses voix s’élèvent déjà parmi les scientifiques pour nous alerter sur l’excès d’optimisme du gouvernement concernant ce calendrier. Quoiqu’il en soit, il s’agit désormais de préparer au mieux la reprise des cours au sein des établissements scolaires et la fin de l’année. A ce titre, les annonces floues concernant la vaccination des personnels enseignants n’est pas rassurante.

La FA-ENESR exige avant ou lors de la reprise des cours en présentiel :

  • qu’aucun allégement du protocole ne soit décidé d’ici là ;
  • des demi jauges sur tout le territoire et dans tous les établissements scolaires ;
  • le déploiement gratuit, massif et systématique de tests salivaires et d’auto-tests dans tous les établissements scolaires ;
  • la vaccination sans délai et sans condition des personnels volontaires ;
  • des masques FFP2 pour les AESH qui le souhaitent ;
  • l’annonce de l’aménagement des épreuves finales du brevet et du baccalauréat.