L’Éducation nationale, premier cluster de France pour la Covid19.

(actualisé le )

Selon le dernier bulletin hebdomadaire de Santé publique France [1], près d’un cluster sur trois est détecté dans un établissement scolaire. Parmi eux, environ 50% sont situés dans le secondaire.

Pourtant on nous le répète à foison depuis la mi-mai :

  • Les enfants ne tombent pas souvent gravement malades.
  • Les enfants ne sont pas contagieux entre eux.
  • Les enfants ne transmettent que très peu le virus aux adultes.
  • Les établissements scolaires ne jouent pas de rôle significatif dans la circulation du virus.
L’Éducation nationale, premier cluster de France pour la Covid19.
Version téléchargeable et imprimable

Si on ne peut que se réjouir que la première affirmation soit toujours d’actualité, il n’y a toujours pas de consensus scientifique sur les autres points. Ne faisons pas comme si tel était le cas !

Après un assouplissement estival du protocole sanitaire, au minimum inutile en métropole (à cause des vacances) et contre-productif à la Réunion (car la rentrée s’est faite mi-août), le ministère a finalement consenti, sous la pression des usagers, à le renforcer quelques heures avant la rentrée.

Visiblement cela ne devait pas suffire et devant la multiplication des cas, des clusters, des fermetures de classes et d’établissements depuis la rentrée, le ministère a décidé d’assouplir les règles. Particulièrement, la fermeture systématique des classes est repoussée en augmentant le nombre maximal de cas positifs acceptés et une redéfinition à la baisse des cas-contacts est entérinée. Cela induit une présence tolérée plus grande du virus et moins de tests pour chaque cas positif au sein des établissements scolaires. Les indicateurs du ministre s’embellissent immédiatement, comme par magie. « On ne se contamine pas plus en allant à l’école qu’en vivant d’autres aspects de la vie sociale, c’est même probablement moins car c’est un lieu où on respecte plus les règles que dans d’autres lieux » déclarait à cette occasion Jean Michel Blanquer [2]. Notre ministre pense-t-il sérieusement que les gestes barrières sont respectés dans les cours des établissements scolaires ? Faut-il faire des photos ou des vidéos pour lui montrer notre quotidien ?

Aujourd’hui, les chiffres de Santé publique France lui donne visiblement tord. Peut importe : « L’école n’est pas le nid du virus [3] » s’empresse-t-il de déclarer.

Le SA-EN ne souhaite pas une fermeture des établissements scolaires, bien au contraire. Cependant, pratiquer la politique de l’autruche est irresponsable. Ce n’est pas en assénant des propos sur la rentrée « normale » et en évitant les mesures contraignantes que la situation dans les établissements scolaires va s’améliorer. Il s’agissait bien, ici, d’anticiper les moyens et l’organisation à mettre en place pour éviter d’être encore demain le premier cluster de France !