Jacques a dit « On renforce le protocole sanitaire … si possible »

(actualisé le )

Jacadi « On renforce le protocole sanitaire … si possible »
Version téléchargeable et imprimable

Surprise, un renforcement du protocole sanitaire entre en vigueur à partir d’aujourd’hui [1]. Il est grand temps mais c’est encore insuffisant.

Depuis des mois, le SA-EN dénonce le manque de volonté politique de tester dans les établissements scolaires [2]. Malgré les annonces de renforcement du protocole sanitaire, les tests promis depuis décembre sont trop peu nombreux et, avec l’apparition des variants, parfois inadaptés. Un million de tests annoncés d’ici à fin janvier : où en est-on ? Le SA-EN demande que des campagnes de tests soient organisées au sein d’établissements pour y mesurer la véritable circulation du virus.

En cas de test positif, la confirmation qu’il s’agit d’un variant arrivera souvent tardivement pour permettre de casser les chaînes de contamination. En attendant ce résultat, la propagation continuera inexorablement car la définition des cas contacts est beaucoup trop restrictive. Le SA-EN demande que la définition des cas contacts soit élargie aux personnes ayant été proches régulièrement du cas détecté avec ou sans masque (le voisin de table, les camarades de récréation, ...)

Le protocole n’est déjà pas appliqué dans de nombreux collèges. Le brassage n’est que très peu limité. Combien de collèges n’applique pas la règle « une classe, une salle » ? Le port du masque y est souvent approximatif et la distanciation une pure vue de l’esprit. Tout cela le ministre ne veut pas l’entendre et il préfère accumuler les mesures en rajoutant à chaque fois « si possible » dans le texte. Le protocole précise pourtant que s’il est inapplicable, le chef d’établissement doit se rapprocher des services du rectorat pour mettre en place un accueil réduit en présentiel. Dans les faits, il n’en est rien. Encore une fois [3], le SA-EN demande que l’accueil réduit en présentiel soit une véritable possibilité offerte aux collèges qui le souhaiteraient par l’intermédiaire du conseil d’administration.

Ce qui change dès maintenant :

  • Dans les écoles maternelles
    Un cas positif en classe de maternelle implique que tous les élèves de la classe sont considérés comme cas contacts. La classe est fermée pendant sept jours. Les personnels ne sont pas toujours pas considérés comme cas contacts (car ils portent un masque) sauf si trois cas sont détectés, de fratrie différentes, dans une même classe.
  • Dans les écoles primaires, les collèges et les lycées
    Sur signalement de l’ARS, en cas d’identification d’un variant du coronavirus chez un personnel ou un élève, la classe concernée sera fermée.
  • L’aération des pièces est renforcé
    « Une aération de quelques minutes doit désormais également avoir lieu toutes les heures » et « au moins 15 minutes le matin avant l’arrivée des élèves, pendant les intercours, pendant chaque récréation, au moment du déjeuner (en l’absence de personnes) et pendant le nettoyage des locaux ».

Ce qui change dès que possible et au plus tard le 8 février :

  • Un masque chirurgical ou grand public de catégorie 1 requis
    Alors que jusqu’à présent les masques « maisons » ou de catégorie 2 étaient autorisés, ils ne le seront plus à compter du 8 février.
  • Une distance de deux mètres minimum entre les groupes déjeunant à la cantine