Crise sanitaire, la FA-ENESR et le SA-EN rappelle quelques points essentiels

(actualisé le )

Pour la FA-ENESR et le SA-EN, la lutte contre la pandémie qui touche notre pays doit, tout d’abord, éclipser totalement le caporalisme de quelques directions et autorités qui, malgré les consignes du Président de la République et du Gouvernement, s’amusent à demander à certains de nos collègues de se rendre dans les écoles, collèges, lycées et services pour y assurer des missions qui peuvent, sans problèmes, être assurées autrement (télétravail, etc.) ou simplement repoussées. Le principe du confinement doit être respecté !

Crise sanitaire, la FA-ENESR et le SA-EN rappelle quelques points essentiels
Version téléchargeable et imprimable

Pour la FA-ENESR et le SA-EN, ce même caporalisme ne doit pas voir quelques autorités se transformer en calculateurs zélés qui s’amuseraient à réduire la rémunération (notamment les heures supplémentaires) ou les congés annuels et vacances scolaires des collègues confinés chez eux alors même que, notamment, la mise en place de la continuité pédagogique demande un effort important de chacun !

Pour la FA-ENESR et le SA-EN, il est important, juste pour rappel et sans vouloir profiter de la situation, de préciser que les enseignants s’équipent en matériel informatique (ordinateurs imprimantes, etc.) sur leurs propres deniers puisque les machines disponibles dans les établissements et écoles ne sont pas en nombre suffisant...

Pour la FA-ENESR et le SA-EN cette crise sanitaire permet aussi de révéler encore plus les conséquences négatives de décisions politiques, parfois récentes, qui ont touché certains secteurs, services ou établissements de l’éducation nationale. Ainsi, simple exemple, le CNED, plus que tout établissent, a vu réduire ses effectifs et ses moyens en peau de chagrin, il lui sera donc compliqué, malgré les efforts de nos collègues, de faire face à la demande et aux 15 millions de communications simultanées annoncées par le ministre... De même, la démolition annoncée de Canopée, grand opérateur pédagogique, ne permet pas, sereinement, de faire face à une telle crise. Dernier exemple, la casse de l’ONISEP, là aussi, se révèle comme une décision lourde de conséquences.

Enfin, la FA-ENESR et le SA-EN appellent, au nom de la fraternité, les collègues, volontaires et en bonne santé, à répondre aux demandes permettant d’assurer l’accompagnement pédagogique ou même la garde des enfants d’agents publics ou de salariés devant être présents sur leurs postes (personnels soignants, personnels de direction, informaticiens, personnels travaillant dans des unités de recherche en virologie, etc.). De même, nous appelons le gouvernement et les autorités administratives à trouver une solution pour que les élèves esseulés, notamment étrangers, ne se retrouvent pas à la rue suite à des fermetures d’internats.