Cassez ce thermomètre que je ne saurais voir !

(actualisé le )

Voilà la conclusion que nous pouvons tirer des récentes annonces du gouvernement. Désormais, lorsqu’un cas de Covid19 sera détecté dans une école, le reste des élèves de la classe et les enseignants ne seront pas considérés comme cas contacts. Il en résulte que les autres élèves et les enseignants ne seront pas testés systématiquement. Il est certain, avec cette politique , que peu de cas seront détectés dans les écoles ! Le gouvernement aura beau jeu ensuite de nous expliquer qu’il ne faut pas s’inquiéter de la propagation du virus dans les établissements scolaires, la meilleure preuve étant que peu de cas y sont détectés.

Cassez ce thermomètre que je ne saurais voir !
Version téléchargeable et imprimable

De même, lorsqu’un cas est détecté dans un établissement scolaire, des consignes sont données pour ne pas en informer précisément les familles et les équipes enseignantes. Par exemple, si un cas est détecté dans une classe, la direction n’informera pas spécifiquement les parents de la classe concernée mais plus globalement l’ensemble des parents de l’établissement sans préciser la classe. La raison invoquée est qu’il ne faut pas que les gens paniquent.

Le SA-EN comprend l’intérêt de maintenir au maximum les classes ouvertes mais rejète cette politique d’aveuglement volontaire. Doit-on rappeler que, de fait, les classes sont des endroits confinés avec peut de place pour respecter les distances ? Les systèmes de ventilations mécaniques n’existent quasiment pas. Autrement dit, nos collègues, comme les élèves, sont parmi celles et ceux de nos citoyens qui sont les plus exposés à la propagation du virus. Il convient donc pour l’autorité, tout en gardant la tête froide, de ne pas minimiser les risques. Dans un contexte de dégradation inquiétante des indicateurs de la circulation du virus, pendant que les mesures de restrictions se multiplient partout ailleurs, c’est prendre un trop gros risque que d’être aussi laxiste sur la détection des chaînes de contamination au sein des établissements scolaires. Si ce pari est perdant, le gouvernement prend la responsabilité de surexposer les familles et les personnels au virus ainsi que de fermer de manière massive des classes dans les semaines qui viennent. De plus, les familles et les équipes enseignantes ne doivent pas être infantilisés et il serait temps de les intégrer aux décisions qui les concernent directement !

Si un cas positif est avéré dans un établissement scolaire, le SA-EN demande :

• que les ARS préviennent sans délai l’IA-DASEN qui transmettra l’information à la direction de l’établissement (aujourd’hui ce sont les familles et les personnels qui relaient l’information parfois avec beaucoup de retard).
• que les enfants et les enseignants de cette classe puissent être testés dans le cadre du protocole sanitaire scolaire même s’ils ne sont pas mis à l’isolement.
• que les parents et les enseignants soient tenus informés rapidement et précisément en connaissant la classe dans laquelle le cas a été détecté.

De plus, le SA-EN ne comprend pas pourquoi il n’y a aucune mesure supplémentaire obligatoire dans les zones « rouges ». Nous demandons que le protocole sanitaire y soit renforcé :

• que ce soit les professeurs qui changent de classe et non les élèves (ce n’est pas obligatoire à l’heure actuelle).
• que la prise de température soit organisée à l’entrée de l’établissement.
• que des campagnes de tests soit organisées sur le lieu d’exercice ou à proximité immédiate.

Par ailleurs, le SA-EN renouvelle son opposition au jour de carence et demande sa suppression définitive.

Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.

Partager nos valeurs